A Bordeaux du côté du surréalisme « yougoslave » : SERBICA

Le saviez vous ? Il existe, depuis un petit moment, SERBICA, revue électronique : nouvelle revue serbe en langue française, tout-à-fait honorable et très bien structurée, abritée par l’Université Bordeaux Montaigne. Le surréalisme « yougoslave » n’y manque pas.

Notons l’étude sur Dušan Matić, quelques références bibliographiques des textes critiques, des notions d’histoire de la littérature yougoslave, des notes sur la parution des livres, des annonces des colloques, etc.

www.nadrealizam.rs

Dušan Matić (1898-1890) par Jelena Novaković : Lire l’article

Poète, romancier et essayiste, Dušan Matić est un des principaux promoteurs du surréalisme serbe. Dans sa vie et sa création littéraire, il est possible de distinguer trois phases que l’on pourrait nommer : le surréalismel’engagement social et le retour au surréalisme.

Le surréalisme serbe par Serge Fauchereau : Lire l’article

Kapidžić-Osmanagić, Hanifa : « La revue ‘Putevi’ et le pré-surréalisme serbe », Cahiers de l’Association internationale pour l’étude du dada et du surréalisme, n° 2, 1966, p 154-182.

Kapidžić-Osmanagić, Hanifa : Le surréalisme serbe et ses rapports avec le surréalisme français. – Dijon : Publications de l’Université de Dijon, 1968.

Fauchereau, Serge : « Le surréalisme serbe », La Quinzaine littéraire, n° 432, 16 janvier 1985, p. 13.

Aleksić, Branko : « Le sphinx de l’humour noir soumis à la question à Belgrade en 1932. L’‘umore’ de Vaché et l’‘umor’ (la mort) des surréalistes serbes », Amour – Humour, n° 10 1988, p. 173-185.

Novaković, Jelena : Recherches sur le surréalisme. Etudes. – Novi Sad : Izdavačka knjižnica Zorana Stojanovića Sremski Karlovci, 2009. – 358 p.

Serbanne, Claude : « Surréalistes étrangers : Yougoslavie », Les Cahiers du Sud, n° 280, 1946, p. 404.

Vitochevitch, Draguicha : « Le surréalisme en Yougoslavie », Europe, n° 475-476, novembre-décembre 1968, p. 240-247.

Begic, Midhat : « Le surréalisme en Yougoslavie », Les Lettres nouvelles, déc. 1969 – janv. 1970, p. 141-147.

Depierris, Jean-Louis et Šinko-Depierris, Djurdja : « Surréalisme serbe et croate », Le puits de l’ermite, n° 29-30-31, 1978, 177-181.

Bonnet, Marguerite et Dumas, Marie-Claude : « Le surréalisme en Yougoslavie », Bulletin de liaison RTS, n° 12, 1980.

Koča Popović, Marko Ristić, Esquisse d’une phénoménologie de l’irrationnel, paru en 2016, chez Mimesis, sur la réalisation théorique la plus achevée du groupe surréaliste de Belgrade. Lire la note.

Milivoj Srebro, « La réception de la littérature serbe en France jusqu’en 1945 », 2013. Lire l’article

Enfin, il n’est pas sans intérêt de noter que, pour la première fois dans l’histoire des relations culturelles entre les deux peuples, une collaboration directe entre les écrivains français et serbes se réalise justement à ce moment-là. En effet, des contacts très étroits se nouent tout particulièrement entre les poètes du mouvement surréaliste d’André Breton et les écrivains du groupe surréaliste serbe, fondé presque au même moment à Belgrade. C’est l’époque où, par exemple, les fondateurs du surréalisme serbe, Marko Ristić et Dušan Matić, participent activement aux manifestations surréalistes à Paris, tandis que Breton, Eluard et Aragon écrivent, en guise de soutien, pour la revue belgradoise Nemoguće (L‘impossible)[31]. Malheureusement, il semble bien que ni la littérature serbe en général, ni même le groupe surréaliste belgradois n’aient suffisamment profité de cette occasion pour se faire davantage connaître en France[32]. En fait, ce n’est qu’après la Deuxième Guerre mondiale que le mouvement surréaliste serbe et ses rapports avec son homologue français attireront plus d’attention dans le pays d’André Breton.

[31] Voir à ce sujet, entre autre, Dušan MATIĆ : André Breton oblique, Ed. Fata Morgana, 1976; et « Un surréaliste à visage yougoslave », entretien avec D. Matić, propos recueillis par Gérard de Cortanzé, Les Nouvelles littéraires, 18 août 1977, p. 4-5.

[32] Parmi les rares articles publiés entre les deux guerres sur le surréalisme serbe, notons en particulier celui du Raymond WARNIER : « Le modernisme dans la littérature yougoslave de ce temps. L’expérience surréaliste », L’Europe centrale, 22 avril 1933.

 

Publicités